Comment la feignasse gourmande devint sportive…et toujours gourmande

800a114b40ed512457c779775d41d7e1Quand on creuse la blogosphère, on se rend compte que nombreuses des ex-ennemi(e)s du sport sont devenues modèles de bonne santé et de motivation.

Je n’ai jamais été sportive. Aussi loin que je me souvienne, j’étais celle qu’on choisi en dernier en grimaçant dans l’équipe de sport, et je préfèrai me sauver dans les vestiaires en attendant que ça passe.

Mais pourquoi donc.

Hé bien peut être parce que notre condition de « non sportif » et de « j’aime bien manger » a été éprouvée sur le terrain, et que du coup, entre le mal être, se sentir lourd, être malade ou un peu gras, ça nous a gonflé.

J’étais fumeuse, je ne bougeais pas, je grignotais, j’adorais le sucre, le gras.
Et puis j’ai commencé à courir un peu, pour perdre le trop plein de graisse que j’avais.
J’étais normale, mais molle. Souvent malade aussi.
Et puis j’ai arrêté de fumer. Pas pour ma santé, juste parce que je ne supportais plus l’odeur, et que je commençais à trouver désolant, d’être aussi essouflée en montant trois étages.
Peu à peu, j’ai couru plus, puis arrêté, repris.

J’ai commencé à alterner course à pieds et stepper, 1h par jour, (ancêtre de ma routine cardio/muscu) mais je continuais à mal manger. C’était pas grave, je ne grossissais pas, je m’affinais même. Je notais les calories, et hop une part de flan, et hop une salade de carottes et du poisson vapeur.

J’étais dans l’opposition. Le tout ou rien. L’hyperphagie, aussi.

Et puis la vie, un travail loin de chez moi, de longs trajets, et beaucoup moins de sport. Et de bonne humeur, aussi.

J’ai commencé peu à peu à manger moins gras, plus de légumes. A cuisiner vraiment.

Et re-la vie. De nouveaux changements, de nouvelles rencontres.

Peu à peu, je me suis remise à courir, 10 minutes, puis 30, puis 45. Peu à peu, j’ai découvert qu’il existais un autre monde, celui du bien manger. Celui où on comprends les choses.

J’ai contracté la maladie de Lyme aussi, et je pense que mine de rien, ça m’a fait réflechir à la fragilité de la santé. Et au besoin de prévention quand c’est possible.

J’en avais ras le bol de tout ces conseils contradictoires, de tout ce qu’on lit partout, de ne pas comprendre. Alors j’ai lu, lu lu. Et j’ai découvert tellement de choses. Que je mangeais beaucoup trop de pâtes. De fruits (oui, j’en mangeais beaucoup beaucoup). Que le muesli industriel était juste ultra chimique et sucré. Que les gâteaux Spécial K n’avaient rien de light.

98e0d4a838a6aab7c250006779c0cf78J’ai surtout découvert qu’ à l’école on nous apprend pas tout ça. Et ça m’a atterée (je n’en reviens toujours pas). J’ai mieux compris la puissance des industriels, aussi. Et à quel point on est tout petits.

J’ai changé mon alimentation, je me suis sentie mieux, moins fatiguée, plus de coup de pompes tout le temps.

Je suis persuadée que bien manger, c’est permettre à son corps de lutter au mieux contre les bactéries, les microbes. C’est lui permettre d’entretenir son équilibre, de lutter contre les inflammations qui favorisent l’apparition de nombreuses maladies (mais j’y reviendrai).

Et puis le monde de la cuisine. Comme si on m’avait ouvert les portes d’ un terrain de jeu géant, où bien manger était synonyme de se régaler. Où on découvre plein d’aliments qu’on n’utilise jamais (le lait d’amande, les patates douces, les noix de cajou, les graines germées, les cranberries !!) et où on réinvente toutes nos recettes. Du brownie au chocolat avec de la patate douce ? De la glace avec du fromage blanc ou des bananes ? Facile !

Bien manger m’a permis de trouver mon équilibre. Et j’espère bien ne jamais retourner en arrière. J’ai l’impression de faire partie du cercle fermé de ceux qui ont « les secrets », et quand je vois l’étendue de cette nouvelle communauté, je trouve ça génial.

Publicités

3 réflexions sur “Comment la feignasse gourmande devint sportive…et toujours gourmande

  1. Ton article est très intéressant !

    Moi aussi je n’ai jamais été une grande sportive à la base, je détestais les cours de sport au collège et au lycée. Un vrai supplice pour moi ! Je n’ai jamais été grosse mais j’avais un peu de graisse et je me trouvais un peu molle, pas assez énergique..

    J’ai aussi changé mon mode de vie que cela soit par l’activité physique et par l’alimentation. Depuis c’est un réel gain d’énergie, de vitalité et de bien-être. Je ne pense jamais revenir en arrière :).

    J'aime

    • Espérons ! Je crois que de toute manière, l’idée est de garder son équilibre et de veiller à s’écouter. Avoir conscience de ce qui fait le nôtre est une grande force. Et puis on a quasi le même nom de blog, le même pseudo, on ne peut qu’avoir la même vision des choses 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s